Parc Eolien Les Moulins du Lohan

Foret de Lanouee

Office

Forest

Contexte énergétique

Adopté lors du Conseil européen du 12 décembre 2008, le plan d'action intitulé « Paquet Climat-Energie » de l’union Européenne fixe aux Etats membres de l’UE trois objectifs dits « 3 fois 20 » d’ici à 2020 :

La France a inscrit dans la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement son engagement d’atteindre 23 % d’énergie renouvelable dans sa consommation d’énergie finale à l’horizon 2020.

La France s’est fixé un objectif de 19 000 MW de puissance installée d’éolienne terrestre à l’horizon 2020. Plus généralement de tels objectifs attestent de la reconnaissance de l’intérêt de l’énergie éolienne au plan national.

 

2011

Objectif 2020

Eolienne terrestre

7 450 MW

19 000 MW

Eolienne en mer

 

6 000 MW

La Bretagne connait une situation de fragilité électrique croissante, faisant peser, chaque hiver, un risque de coupure généralisée à l’ensemble du territoire. Cette situation est due à la combinaison de plusieurs facteurs :

Le « Pacte électrique », engagement partenarial entre l’état, le Conseil Régional de Bretagne, l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME), le Réseau de Transport de l’Electricité (Rte) et l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), a été signé le 14 décembre 2010.
Ce Pacte électrique est une stratégie globale et repose de manière indissociable sur trois axes clés :

Le Pacte électrique engage les signataires à porter à 3 600 MW la puissance de production d’électricité renouvelable d’ici 2020, dont une contribution de 1 800 MW à 2 500 MW d’éolien. Pour 2015, l’état et la Région s’engagent à atteindre un objectif de 1 400 MW d’éolien terrestre. A fin 2012, la puissance éolienne installée en Bretagne était de l’ordre de 700MW pour environ 95 parcs éoliens.

 

L'élaboration du Schéma régional climat, air énergie (SRCAE) s'appuie en grande partie sur les objectifs du Pacte électrique Breton.

Le SRCAE de Bretagne 2013-2018 a été arrêté par le Préfet de région le 4 novembre 2013, après approbation par le Conseil régional lors de sa session des 17 et 18 octobre 2013.